Tout savoir sur l’univers des drones

L’origine du drone remonte à la Première Guerre mondiale. Devant les centaines de milliers de pertes de militaires de l’armée de l’air, l’idée de développer des engins d’observation sans équipage est née. C’est à partir des années 1960, lors de l’invention de l’informatique, qu’il a été envisagé d’instaurer des appareils sans pilote. Et c’est dans les années 60 que les premiers drones apparurent en France.

Qu’est-ce qu’un drone? 

Un drone est un appareil semi-intelligent contrôlable à distance. C’est un aéronef sans passager ni pilote qui peut voler de façon autonome ou être contrôlé à distance depuis le sol. 

DE QUOI EST COMPOSÉ UN DRONE ? 

Vous vous demandez quels sont les éléments qui composent un drone ? Voici ses composants: 

  • Le châssis : Le châssis est le squelette du drone et peut avoir différentes formes et caractéristiques. On distingue notamment les châssis par leurs nombres de bras. Le châssis d’un drone peut être en bois, en plastique, en aluminium ou encore en fibre de carbone. Selon l’utilisation souhaitée, le choix du matériau est important : un châssis en bois sera plus coûteux et un châssis en fibre de carbone sera plus léger et plus résistant. 
  • Le système de propulsion : Le deuxième élément qui compose un drone est le système de propulsion. Il est composé : 
    • de moteurs : ils influent sur la charge maximale supportée et sur le temps de vol. 
    • d’hélices : elles produisent de la poussée
    • de contrôleurs de vitesses électroniques : ils gèrent la vitesse, la direction et la rotation des moteurs. 
    • d’une batterie : elle fournit l’énergie nécessaire aux autres composants électriques et est majoritairement en lithium polymère. 
  • Le contrôleur de vol : Le contrôleur est le troisième composant du drone. Il est composé d’un circuit intégré avec un microprocesseur, des capteurs et des broches d’entrée et de sortie. Afin de configurer un drone, il convient d’utiliser un logiciel pour transférer les données sur la carte du contrôleur. 
  • L’immersion : Pour permettre l’immersion et la prise de vue aérienne, le drone doit être composé d’une mini caméra avec émetteur vidéo. La qualité de la prise de vue aérienne dépendra bien évidemment de la qualité de la caméra embarquée.

Pourquoi utiliser un drone ? 

L’usage principal d’un drone est l’observation et la surveillance aérienne. Cet usage était initialement prévu à des fins militaires. Avec les évolutions obtenues, les drones offrent à présent un très grand potentiel pour l’utilisation dans le domaine civil

drone dans le domaine du BTP

QUEL EST LE DRONE IDÉAL POUR DÉBUTER ? 

Les drones deviennent de plus en plus communs. En témoignent les chiffres de vente exponentiels de ces dernières années. En France, chaque année, les chiffres de vente des drones civils augmentent de 20 à 30%. Cet engouement de masse implique de savoir vers quel type de drone se diriger. Il est important de savoir quelle utilisation on souhaite en faire de sorte à se diriger vers la catégorie de drone adéquat. Il existe en effet plusieurs types de drones qui correspondent à des usages bien précis : le drone de loisir pour piloter à vue, le drone racer et le drone pour prise de vue aérienne

Pour débuter avec un drone, il est judicieux de choisir un mini drone pour apprendre à voler et à filmer. 

Les drones spécialement conçus pour les débutants sont généralement des quadricoptères (4 hélices). Ils sont légers, petits et surtout solides. Ce dernier critère est particulièrement important pour se familiariser avec l’espace aérien. Découvrir et perfectionner l’art de piloter un drone via une télécommande ou un smartphone nécessite en effet plusieurs heures de vol avant de maîtriser totalement le décollage, le temps de vol et l’atterrissage. Ces drones destinés aux novices sont situés dans une fourchette de prix allant de 100 à 400 euros environ. Ces drones sont toutefois équipés d’une caméra embarquée et proposent quelques fonctionnalités de vol intelligent mais leur faible coût se traduit par des équipements, des fonctionnalités et une qualité vidéo plus limités que les modèles plus onéreux. Leur prix bas explique également leurs principaux points faibles : une autonomie réduite et l’impossibilité de pouvoir voler dès qu’un vent fort se manifeste. 

LES CRITÈRES À PRENDRE EN COMPTE POUR LE CHOIX DE SON DRONE 

Avant de faire l’achat d’un drone, il convient de bien connaître les différents critères de choix d’un drone. Retrouvez ci-dessous les différents critères à prendre en compte : 

Durée d’action et portée d’action

La durée de vol est très souvent limitée car elle dépend de la batterie qui ne doit pas être trop lourde. Il existe néanmoins des drones reliés par câble à une source d’énergie leur permettant de voler durant une longue période de temps. 

Les drones de course ont quant à eux une durée de vol limitée entre 5 à 10 minutes tandis que les drones haut de gamme peuvent voler entre 30 à 45 minutes voire plus longtemps. La durée de vol est en lien direct avec la distance que le drone pourra parcourir en une seule charge. 

En plus de la durée de charge, d’autres critères tels que les conditions  météorologiques, l’état de la batterie et la puissance de transmission entre la télécommande et le drone sont des facteurs pouvant influencer le rayon d’action du drone. 

Les drones de courses peuvent parcourir quelques centaines de mètres tandis que les drones aériens longue-distance peuvent voler jusqu’à 10 kilomètres du pilote. 

Dimensions et poids 

Les drones pour les particuliers mesurent en général moins de 30 cm en longueur et pèsent moins de 500 grammes. Du côté des drones à usage professionnel et commercial, les drones sont de taille bien supérieure. 

Télécommande 

Un drone est dans la majorité des cas piloté à l’aide d’une télécommande. Les télécommandes des drones permettent à l’utilisateur de piloter le drone et d’activer ses fonctions. Certaines télécommandes sont équipées d’un écran LCD et/ou peuvent accueillir un smartphone ou une tablette. Dans l’idéal, une télécommande doit pouvoir se connecter à 4 canaux radio minimums. La majorité des télécommandes fonctionnent sur une fréquence de 2,4 GHz. Pour pouvoir couvrir de longues distances, une télécommande avec une fréquence basse est préférable. En plus des caractéristiques techniques, il est important de choisir une télécommande ergonomique et simple d’utilisation avec des boutons facilement accessibles. 

Vitesse

La vitesse du drone dépend de nombreux paramètres : le poids du drone, la taille du drone, la puissance des moteurs ou encore les conditions météorologiques. Les drones à usage professionnel et les drones caméra ont généralement une vitesse maximale comprise entre 50 et 80 km/h et offrent souvent une résistance aux intempéries. En ce qui concerne les drones de course standards, leur vitesse de pointe se situe aux alentours de 120 km/h. Les drones de courses professionnels peuvent quant à eux atteindre des vitesses de plus de 160 km/h et font donc partie des drones les plus rapides du marché. 

Batterie 

La batterie est bien évidemment un élément très important de l’appareil. Lors du choix d’un drone, il est nécessaire de prendre en compte la capacité et l’autonomie de la batterie ainsi que le temps requis pour une recharge complète. L’autonomie dépend de la capacité de la batterie (mesurée en mAh, milliampère-heure) ainsi que d’autres facteurs tels que : 

  • vitesse et poids du drone
  • utilisation plus ou moins avancée de la caméra
  • météo

Transport 

La plupart des drones sont considérés comme portables, surtout les drones jouets et les drones de courses. Les drones sont parfois pliables et/ou modulables donc faciles à démonter. En ce qui concerne les drones caméra, ils sont livrés avec une mallette ou un sac de transport.

Hélices 

La grande majorité des drones fonctionne avec des hélices : 

  • Un drone avec 3 hélices est appelé : tricopter 
  • Un drone avec 4 hélices est appelé : quadcopter (le plus commun)
  • Un drone avec 6 hélices est appelé : hexacopter
  • Un drone avec 8 hélices est appelé : octocopter

Modes de vol intelligents/autonomes

Les drones deviennent de plus en plus faciles à piloter. En effet, ils sont souvent dotés de différents modes de vol qui permettent une facilité de prise en main du drone et de son pilotage. 

  • Return to home : le drone est capable de retourner seul à son point de départ et d’atterrir en douceur en cas de problème quelconque ou de perte de contact avec la télécommande. 
  • Follow Me : ce mode permet de demander à son drone de suivre la personne en possession des commandes et de la filmer automatiquement sans aucune intervention du pilote. 
  • Headless : ce mode “sans tête” permet de s’affranchir de la contrainte représentée par le fait de devoir gérer la position de l’avant et de l’arrière d’un drone. 

NOS CONSEILS POUR CEUX QUI SOUHAITENT PILOTER UN DRONE 

L’utilisation d’un drone est réglementée en France. En effet, une autorisation est requise pour faire voler des drones de loisir. Peu importe le modèle, des règles sont à respecter : certaines zones sont en effet interdites au vol et d’autres sont soumises à des restrictions. En cas d’incident, la responsabilité du pilote peut être engagée. Si le drone pèse plus de 800 grammes, il est impératif de l’enregistrer et de suivre une formation en ligne. Les drones se déclinent en 2 catégories : les drones de catégorie A et les drones de catégorie B. Le pilotage des drones de catégorie A ne nécessite pas une autorisation préalable. Il est néanmoins de la responsabilité du pilote d’évaluer sa capacité à savoir piloter ou non un drone. 

personne pilotant un drone

En revanche, pour piloter un drone de catégorie B il est nécessaire d’obtenir une autorisation de vol de la part de la Direction générale de l’aviation civile

LES RÈGLES À PRENDRE EN COMPTE POUR LE PILOTAGE DE SON DRONE 

Il y a diverses règles à respecter lors du pilotage d’un drone. La hauteur maximale de vol est fixée à 150 mètres en dehors des sites d’aéromodélisme. Cette limite est inférieure lorsque le drone survole les alentours des aérodromes et les zones d’entraînement de l’aviation militaire. Il est donc nécessaire de vérifier la hauteur maximale souhaitée avant chaque vol.  

Laisser un commentaire